Mes premiers pas à l’école

Vous ne le saviez pas encore mais je vais à l’école ! Je suis à la maternelle, chez les grands et je commence à écrire (et oui, j’ai déjà 5 ans) …

Writing Lesson CC BY-NC-ND radioflyer007

Comme vous l’imaginez, le premier mot que je reconnais et que j’écris, c’est mon prénom. Et comme j’aime beaucoup écrire, je l’écris un peu partout : c’est une façon pour moi de me forger mon identité. Cela me fait penser à toutes ces personnes qui profitent d’ITyPA pour réfléchir à leur identité numérique, leur intégration au sein d’un réseau ou d’une communauté, aux traces qu’ils laissent sur internet, avec plaisir, appréhension, fierté (vous pouvez cocher la ou les cases qui vous conviennent, vous pouvez même en rajouter si vous voulez …). A ce sujet, je lisais le texte d’Antonio Casilli sur la présence en ligne et un passage m’interpelle particulièrement : “S’il n’y a pas de réciprocité dans l’échange des traces de présence, d’informations, de suggestions, d’éléments de narration de soi, les amis ne cautionnent pas l’identité affichée”. Cette remarque met en avant l’échange réciproque et indique clairement que l’identité dépend de ce partage qui peut se faire à plusieurs niveau :

  • “I like” : petite annotation simple pour manifester son goût (on peut aussi parfois ressentir le besoin de manifester son dégoût …). Cela peut aussi se manifester par le partage d’un lien sur Twitter ou G+, ou même juste une réponse à un tweet pour créer une complicité.
  • Un commentaire plus argumenté où l’on explicite et justifie son point de vue,
  • Un article structuré pour initier une discussion ou présenter une pensée ou une idée.

Toutes ces traces en lignes permettent de mieux se connaître et c’est peut-être à ce  niveau-là que j’ai du travail à faire. Tous les gourous des blogs le disent : “commentez les articles des autres en parallèle des articles que vous publiez !” N’empêche que j’ai du mal à m’astreindre à réagir alors que c’est LE moyen pour tisser des liens … Et on le comprend bien : dans la vie, les gens dont on apprécie la compagnie sont ceux qui discutent, échangent, vous écoutent, s’intéressent à vous et surtout pas ceux qui ne parlent que d’eux-mêmes … Casilli le dit très bien à la fin de son article : “La présence ne jaillit pas d’une narration individuelle, mais surgit d’un partage et de la conversation avec les autres”.

Quelques réflexions sur ces réflexions …

Il me semble qu’on ne peut pas faire l’impasse sur l’un quelconque des trois niveaux au risque d’avoir une présence en ligne bancale : il est important de produire, pour nourrir la réflexion collective et brasser les idées, mais il faut s’intégrer dans les discussions en réagissant aux productions des autres, que ce soit de façon argumentée (sous forme de commentaire) ou plus informelle (tous ces petits signes qui marquent l’affection, l’intérêt ou la complicité)

Pour moi qui ai 5 ans, si je veux me construire un réseau, il vaut mieux que je dialogue avec les personnes de mon entourage plutôt que d’écrire mon prénom tout partout !

Ces réflexions rejoignent les articles précédents :

  • En apprenant sur Internet, on apprend aussi sur soi,
  • Le MOOC ITyPA créé un climat de bienveillance, tout à fait propice pour le développement de notre présence en ligne …
About these ads

About jackdub
Enseignant en informatique, TICE et pédagogie

8 Responses to Mes premiers pas à l’école

  1. audece says:

    J’ai twitté, “liké” et je commente! Au risque de me répéter, j’apprécie le ton enjoué et enthousiaste qui rendrait digeste n’importe quel écrit ésotérique.

  2. jackdub says:

    Formidable ! la leçon a été bien assimilée … et merci pour le soutien infaillible, ça fait plaisir de savoir que d’autres apprécient et s’y retrouvent !

  3. Bien vu, moi aussi, j’ai cette impression de retour à l’école et surtout de cour d’école où on joue et discute avec les copains copines loin du regard des enseignants !

  4. lepagegilles says:

    merci pour ton article :-)

  5. Tout à fait d’accord : parler de soi, mais pas tout seul, et écouter les autres parler d’eux (et éventuellement de moi) est très formateur. Et le MOOC prouve qu’on peut le faire aussi à distance.
    Et bravo pour l’idée du gamin qui grandit vite… :-)

    • jackdub says:

      Merci pour ce commentaire. En effet, je pense qu’un des spécificité d’un MOOC (je crois qu’on peut généraliser ce qui se vit ici aux autres MOOC connectivistes) est cette ouverture bienveillante, cette possibilité de se dévoiler un peu et d’échanger, sans souci du jugement de l’autre. Quant au gamin qui grandit, c’est sympa de la faire vivre, encore faut-il que cela ne restreigne pas les réflexions et échanges autour des différents sujets abordés. Pour le moment, ça se passe bien … pourvu que ça dure !

  6. Pingback: De la lettre #ITyPA du 22 octobre, j’ai retenu ? « Utilisation pratique Web 2.0

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

%d bloggers like this: