Une leçon de géométrie

Aujourd’hui, on a eu une leçon de géométrie ! Et voilà la consigne :

geometry CC-BY propofatticus

Alors on a fait des cubes, des tétraèdres et plein de choses compliquées …

Après, le prof de maths (ah oui au fait, faut que je vous dise que depuis que j’ai 11 ans, je suis au collège !) a demandé : “Quel volume représente le mieux le MOOC ITyPA ?”
J’ai essayé de réfléchir et de retrouver dans mes archives ce qui pourrait m’aider à répondre à cette question. Et j’ai trouvé deux pistes pour répondre …

1 – le tétraèdre

Je suis d’abord tombé sur le tétraèdre ci-dessous.

tétraèdre pédagogique d’après Faerber

Il me semble important d’aborder cette structure par ses quatre faces :

  • La face Enseignant – Apprenant – Groupe correspond à apprendre à collaborer. L’enseignant favorise des situations de travail en groupe pour développer le potentiel de collaboration des apprenants.
  • La face Enseignant – Groupe – Savoir peut se lire comme collaborer pour apprendre. Les situations de collaboration ont pour but de manipuler le savoir pour que chaque apprenant puisse se l’approprier en confrontant sa vision à celle des autres membres du groupe.
  • La face Enseignant – Apprenant – Savoir englobe l’analyse réflexive où l’apprenant relit le vécu pour capitaliser l’expérience. Le savoir est alors plus large que le seul savoir disciplinaire, il intègre aussi les savoir-faire et savoir-être …
  • La dernière face, Apprenant – Groupe – Savoir correspond au social learning où chacun est à la fois apprenant et soutien à l’apprentissage, pair, tuteur, pour son entourage. L’enseignant n’est plus présent, il a jeté les bases de l’apprentissage tout au long de la vie (lifelong learning).

Et maintenant, quelques remarques :

a) Dans un MOOC, la relation Enseignant – Apprenant est ténue (voire inexistante). C’est la rançon de la gloire ! On ne peut pas avoir une relation privilégiée avec 1200 personnes en parallèle … Mais cela fragilise à mon avis les deux faces qui s’y appuient, à savoir l’analyse réflexive et l’apprentissage de la collaboration. Cela laisse donc les participants en autonomie dans ces domaines. Il faut espérer qu’ils sont à l’aise avec ces pratiques sinon, ils risquent de baisser les bras malgré la bonne volonté des animateurs (cela peut expliquer en partie les nombreux abandons dans les différents MOOC : le taux de réussite est de l’ordre de 7% dans les MOOC des grandes universités américaines)

b) Les ‘enseignants’ du MOOC ont choisi de faire intervenir des spécialistes pour chaque domaine abordé : les spécialistes ont le rôle de formateur et les 4 z’amis le rôle de facilitateur de la collaboration ou animateur.

c) Deux faces sont bien solides dans ce MOOC : la collaboration pour apprendre et le social learning. On est bien dans le thème de la semaine et le MOOC est une bonne piste de décollage vers ces modes d’apprentissage. Il crée le climat de bienveillance qui permet d’aller de l’avant. Encore faut-il être un tant soit peu autonome …

2 – le tore

En remontant plus loin dans les archives, je suis tombé sur ce disque, mais ça va pas, c’est pas un volume … quoi que … on pourrait peut-être le transformer …

les apprenants au centre de la formation

Les apprenants collaborent (au centre, dans le cercle bleu clair) dans un contexte disciplinaire (cercle vert foncé) puis ‘ruminent’ leurs pratiques et leurs connaissances (cercle vert clair) pour enfin partager, diffuser et exploiter leurs productions (cercle bleu foncé).

Dans le MOOC, nous  – les apprenants – sommes au milieu pour partager, communiquer et collaborer. Mais tout ça, on le fait à distance, en publiant, exploitant, relayant, enrichissant les ressources des uns ou des autres … Il y a donc un lien fort entre la collaboration centrale et le partage périphérique. Et si on referme l’extérieur du disque sur le centre, on arrive à un tore. Je fais pas le dessin parce que je ne sais pas faire, mais si quelqu’un veut s’y coller, ce sera avec plaisir …

Là encore, on a une image du social learning où tout le monde est impliqué et apporte ce qu’il est à la construction collective, avec des questions, des découvertes, des réflexions, … les unes appelant les autres, et réciproquement …

3 – Conclusion

En fait, la conclusion de cette réflexion c’est que  c’est bon et riche d’apprendre à plusieurs.  Je vous laisse en vrac quelques citations glanées ça et là :

  • Quand on cherche à avancer ensemble, on va peut être moins vite, mais on va plus loin !
  • Si tu ne sais pas, demande ! Si tu sais, partage !
  • “Pour que le social learning soit fonctionnel, chaque employé doit savoir qu’il est responsable autant de sa propre formation que de celle des autres.” (Mickael Rose)

Bon ! ben, maintenant, je vous quitte, j’ai encore quelques chamallows à finir … ;-)

About jackdub
Enseignant en informatique, TICE et pédagogie

11 Responses to Une leçon de géométrie

  1. Pingback: Une leçon de géométrie | Scoop ITyPA | Scoop.it

  2. plerudulier says:

    Reblogged this on ITyPA and commented:
    Add your thoughts here… (optional)

  3. Pingback: Une leçon de géométrie | Veille ITyPA | Scoop.it

  4. Pingback: Une leçon de géométrie | apprentissage et numérique | Scoop.it

  5. TISON says:

    Deux faces sont bien solides dans ce MOOC : la collaboration pour apprendre et le social learning. On est bien dans le thème de la semaine et le MOOC est une bonne piste de décollage vers ces modes d’apprentissage. Il crée le climat de bienveillance qui permet d’aller de l’avant. Encore faut-il être un tant soit peu autonome …
    C’est bien là que le bas blesse, comment apprendre à fonctionner ensemble, à découvrir personnelement et intégrer des notions si on ne sais pas toujours où aller chercher l’information. Un bébé se modélise sur les relations qu’il a avec sa mère, ensuite il va la maternelle qui lui apprend les codes de fonctionnement de la vie et c’est là qu’il apprend à se socialiser. En devenant enfant, puis pré-adolescent puis adolescent il s’acquiert des réflexes d’apprentissages qui seront à revoir par les essais-erreurs.
    Nos animateurs font aussi parti de ce processus d’apprentissage, pour arriver à une conclusion que tout ne peut pas s’apprendre exclusivement en autonomie sur le net. L’enfant, comme l’adulte a besoin de repères, de cadre, de retour évaluatif…
    Le dispositif MOOC n’est pas une science exacte comme la géométrie. Tu as posé la bonne question qu’est ce que je fais qaund je ne sais pas faire, je demande sur twitter, sur la plateforme MOOC à qui s’adresser pour avoir de l’aide dans son apprentissage autonome ?

    • jackdub says:

      Je crois effectivement que c’est un des nœuds des MOOCs qui est mis en avant par leurs détracteurs. Il me paraît important de réfléchir à cette question pour faire mûrir cet outil qui a un super potentiel. Bonne continuation !

  6. Pingback: Une leçon de géométrie | MOOCITyPA | Scoop.it

  7. Pingback: Une leçon de géométrie | Enseigner et Apprendre | Scoop.it

  8. Pingback: Une leçon de géométri...

  9. Pingback: Une leçon de géométri...

  10. Pingback: Une leçon de géométrie | T...

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

%d bloggers like this: